EN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE… | LES CHEMINS DE L’ART

EN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE LEGRAND (Partie III)

Troisième épisode de notre série sur le thème “Comment les peintres travaillent-ils ?”. Cette semaine, les toiles ont suffisamment avancé pour vous proposer un aperçu. Vous noterez que les maquettes restent encore assez présentes. Elles ont un rôle d’aide-mémoires mais elles ne se substituent pas à l’élan créatif. Ajouts, retranchements, modifications, tout est encore possible… Voici trois talents, trois possibilités, trois œuvres:

image image

image

Un grand merci à Hélène Legrand et à mes consœurs et confrères de l’atelier 43 qui ont autorisé la prise de photos.

Billet édité par Bénédicte Grange Rogulski.

Photos : benedicte grange rogulski

viaEN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE… | LES CHEMINS DE L’ART.

EXPO SOLO : NICOLE KING A LA MAIRIE DU 13è (PARIS)

 

Nicole King, artiste peintre, expose ses œuvres à la Mairie du 13ème arrondissement (Paris), les 20 et 21 mars 2015. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre des Ecogames, rencontres urbaines alliant sport et écologie. Ce dernier thème est particulièrement cher au cœur de Nicole King. Ses consœurs et confrères de l’atelier de recherche dirigé par Hélène Legrand en sont particulièrement fiers !

« Deepwater horizon » par Nicole King.

 

Informations pratiques : Salle des Fêtes de la Mairie du 13ème, 1 place d’Italie, Paris. Programme : ici

Billet édité par Benedicte Grange Rogulski.

 

 

EN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE… | LES CHEMINS DE L’ART

Comment travaillent les peintres ? Deuxième volet de notre mini-série. La semaine dernière, nous avions pu explorer le partage d’expérience avec l’artiste-peintre Hélène Legrand. Voici un premier résultat pour le plaisir des yeux : les maquettes qui serviront ensuite à la création de peintures plus abouties.

Une jeune fille égarée dans une forêt de bambous…

… d’un corps à l’autre, une passerelle dans le temps se construit…

… plaisir esthétique d’un chemin tout récemment tracé

A la semaine prochaine, pour la suite de nos aventures picturales !

Billet édité par Bénédicte Grange Rogulski

www.bgr-art.fr

Jan 24, 2015 12:56 pm

viaEN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE… | LES CHEMINS DE L’ART.

La femme vue par huit artistes américaines

A mes consœurs et confrères de l’atelier du lundi : un article par la journaliste Renee Philipps sur le regard que huit artistes américaines posent sur les femmes…

Art of Faces and Figures Teach Us About Ourselves – Manhattan Arts International.

Billet édité par Benedicte Grange Rogulski

Image : Autoportrait par Mary Cassatt (1843-1926)

EN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE… | LES CHEMINS DE L’ART

EN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE LEGRAND (Partie I)

Vous vous êtes toujours demandé comment des artistes travaillent lorsqu’ils se réunissent en atelier ? Voici, en trois épisodes, le début d’une réponse. Aujourd’hui, Hélène Legrand, nous invite à solliciter nos neurones sur la notion de forme et sur sa répétition dans l’espace. Le projet : créer une maquette à partir de laquelle nous élaborerons chacun un tableau.

Le brainstorming commence : les ressources documentaires sont sur la table…

Petit rappel de la phrase de Maurice Denis : “Le tableau est avant tout une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées…”

…un coup d’œil à nos aînés, ici Vuillard…

… chacun choisit son/ses motifs… l’assemblage peut commencer…

Où tout cela mène-t-il ? La suite au prochain épisode.

Billet édité par Benedicte Grange Rogulski

bgr-art.fr

Crédits photos : benedicte grange rogulski

viaEN IMAGES : ATELIER DE RECHERCHE AVEC HELENE… | LES CHEMINS DE L’ART.

le journal de Guy 2 ( 3 )

suite des lundis d’octobre..

 

Aux génies méconnus, les apprentis reconnaissants

 

Oui, bon, c’est vrai : nous voudrions bien que l’on comprenne toute l’intensité, toute la réflexion, tout ce que l’on veut signifier dans notre peinture, en un mot toute notre expression…Donc, on n’y met tout ce qu’on peut, on en rajoute !!

« Vous êtes des pipelettes, dans votre peinture…. » j’adore le terme, même s’il me concerne ! Eh oui, nous avons peur de ne pas être compris, déjà que nous ne sommes pas sûr de nous être compris…Alors imaginez les autres ! et puis, la visite des musées, expositions etc…en rajoute ! la multitude d’analyses et d’exposés psycho-socio-picturaux  a de quoi déconcerter. Le peintre n’a pas à s’autoanalyser, mais à peindre. Certes, les autres, observateurs, peuvent en tirer les conclusions qu’ils pensent déceler dans sa pratique : à chacun son rôle !

Titien, dont on disait qu’il peignait génialement à la fin de sa vie. Il était certes devenu génial : c’est pourquoi, bien que n’y voyant goutte, peignant au doigt on imagine pourquoi, il continuait à être génial, et la modification de sa peinture disparaissait au regard des autres.

Garder la ligne ! oui, c’est aussi vrai en peinture : trouver la ligne continue et garder son cap.

Transformer ce qui a été fait, ce qui est vu,  selon sa ligne.

Ah ! une information qui n’a rien à voir avec ce qui précède ! « Les couleurs de l’oubli » ! A lire.

Alzheimer : le malade n’est pas que sa maladie…De l’art thérapie.

le journal de Guy 2 ( 2 )

après la rentrée du 3 octobre , voici le journal du 10 octobre…

 

Et le silence si fit, chacun s’absorbant dans sa découverte !

Les chevalets sont installés, qui avec sa feuille, qui avec sa toile ; les tubes sortent des boîtes comme les vers de la terre et chacun s’applique à trouver sa forme, ou sa couleur. Les palettes se maquillent.

Pinceaux, brosses ou chiffons.

Enfoncer la forme en silhouette pour faire sortir le fond. Et trouver sa matière.

Chacun a son rapport particulier à la matière, selon qu’elle lui convient ou non.

Monet semble préférer la dureté, ou plutôt le minéral : la pierre plutôt que l’eau. Cézanne est plus à l’aise avec le paysage qu’avec la chair. Ses baigneuses n’enchantent guère…

Ce rapport ne s’invente pas. Ou plutôt si : au sens où il se découvre, mais par le travail.

Et le silence si fit, chacun s’absorbant dans sa découverte !

le journal de Guy 2 ( 1 )

reprise du journal pour une deuxième saison…….

 

Ce n’est pas avec une technique que l’on fait un peintre.

 

Comme propos de rentrée, c’est une façon d’aborder le vif du sujet…

Pour mieux s’en pénétrer, osons les techniques inversées ! Nous ne serons pas les premiers, puisque le modèle nous vient des grands maîtres.

Comment faire du fond l’essentiel, en enfonçant la forme ?

Comme c’est la rentrée, on se remémore la classification des genres en peinture, que le XIXe siècle viendra mélanger joyeusement.

Bon, mais pour commencer, on va travailler le fond !

A fond la forme !!

le journal de Guy ( 15 )

Se dépasser

 

 

Cette fois, je m’éloignerai un peu de notre sujet, encore que…

Nous avons commencé par notre séance critique, occasion recherchée d’affuter et notre regard et nos couleurs : occasion aussi de métamorphose, tel le tableau souvenir d’Indonésie.

Nous avons fait le grand écart entre Zurbaran, exposé à Bruxelles, grand maître du clair obscur et du contraste, et Bill Viola, présent lui au Grand Palais…

Mais la veille, je suis tombé – excusez l’expression – sur la 3e méditation de François Cheng,  dans son livre « Cinq méditations sur la mort, autrement dit sur la vie ».

Je ne peux m’empêcher de tout mélanger, c’est pour moi une source de méditation. Ainsi « Tout être, de par son unicité, tend vers la plénitude de sa présence au monde, à l’instar d’une fleur ou d’un arbre. » Et Cézanne « d’ajouter » : « lorsque la couleur est à son intensité maximum, la forme est à sa plénitude. » Ces deux-là ont dû fréquenter les mêmes espaces de pensée, quelque part.

Même si je ne partage pas complètement la vision de la beauté que notre académicien expose dans son sujet, sa citation de Bergson m’interroge : « Le degré suprême de la beauté est la grâce, mais par le mot grâce on entend aussi la bonté ».  Rappel, s’il en est besoin de la définition de l’homme parfait selon la philosophie grecque : «   κάλλος κάγάθος » – beau & bon ! » Et ceci encore, du même : « La bonté est garante de la qualité de la beauté ; la beauté, elle, irradie la bonté et la rend désirable. » est-ce ainsi quand je dis « j’aime », en contemplation de la beauté qui m’est donnée  d’un chef d’œuvre ? Et ce rappel fait par Hélène « une œuvre d’art qui ne contient pas son dépassement n’est qu’un panneau peint. ». L’art : se dépasser ?